Les soignants ont pour vocation de soigner et aider les patients, et omettent parfois leurs propres besoins, concernant notamment la protection cutanée. La peau est un organe essentiel de notre corps et est exposée quotidiennement à une multitude d’éléments pathogènes plus ou moins agressifs.

Etre soignant c’est travailler dans un environnement dynamique et exigeant où l’hygiène des mains est essentielle, c’est pourquoi il est aussi important de protéger et hydrater sa peau. 

Les bonnes pratiques

Le lavage des mains

Toute personne travaillant dans le milieu de la santé sait que le lavage des mains est une nécessité. Lorsqu'un professionnel de santé effectue une garde de 12 heures dans un établissement de soins intensifs, il peut effectuer des procédures d'hygiène des mains toutes les 10 minutes, ce qui représente en moyenne 200 expositions à des produits d’hygiène des mains en trois jours. Au cours d'une garde, un professionnel de santé se nettoie les mains en moyenne 12 à 30 fois en 3 jours¹.

Le lavage répété des mains est nocif pour la peau et peut endommager l’épiderme, la couche externe protectrice de la peau, dû à un contact trop fréquent avec l’eau. De plus, les savons à base de tensioactifs sont des nettoyants efficaces, mais ils deviennent agressifs pour la peau après une utilisation répétée et peuvent également détériorer l’épiderme.² Une fois la peau endommagée, les micro-organismes peuvent pénétrer plus facilement, provoquer des irritations et empêcher les cellules de la peau de se régénérer normalement.

La désinfection

Les solutions à base d’alcool sont essentielles à la désinfection. Plus de 20 études réalisées par le centre de contrôle des maladies (Center for Disease Control) aux États-Unis, montrent que l'utilisation de produits désinfectants à base d'alcool est plus efficace pour réduire les bactéries sur les mains que le savon et l'eau.¹ Les désinfectants à base d'alcool n’abîment pas la couche protectrice naturelle de la peau contrairement au lavage des mains à l’eau et au savon.

En revanche, lorsque l'utilisateur a les mains irritées ou des gerçures, une légère sensation de brûlure ou de picotement peut être ressentie. Bien que cette douleur soit temporaire, beaucoup d'utilisateurs remplacent ainsi cette étape par le nettoyage à l'eau et au savon, endommageant davantage l'intégrité cutanée.

L’hydratation

La peau étant le premier point de contact dans le milieu médical, les professionnels de santé doivent respecter des procédures d'hygiène des mains rigoureuses et parfois agressives au quotidien. Il est important de faire le nécessaire pour garder leurs mains en bonne santé, non seulement pour leur sécurité mais aussi pour la sécurité de leurs patients. L'hydratation est un élément clé dans la prévention de la peau sèche, fissurée ou squameuse, il est d’ailleurs recommandé d'utiliser des lotions ou d'autres produits de réparation de la peau aussi souvent que possible. 



Références
1 Medline University, eCourse "Breaking Through Hand Hygiene & Skin Care Barriers", disponible (en anglais) sur www.medlineuniversity.com
2 Medline University, eCourse "Skin Care for Healthcare Assistants", disponible (en anglais) sur www.medlineuniversity.com

Les conséquences d’une peau lésée

Porter des gants est un geste habituel pour les professionnels de santé, car ils créent une barrière contre les bactéries et protègent le patient et le soignant.  Malgré cette protection, les soignants doivent respecter les procédures d’hygiène des mains. En 2009, l’OMS a publié son étude : « Cinq indications à l’hygiène des mains »1 qui recommande le lavage des mains avant un contact avec un patient, avant un geste antiseptique, après un risque d’exposition aux fluides, après un contact avec un patient et après un contact avec l’environnement du patient. Ces procédures doivent être répétées régulièrement pour éviter les risques d’infection, cependant elles peuvent rendre la peau plus fragile. La peau ne pouvant se régénérer dans les meilleures conditions, les soignants peuvent en souffrir, ce qui peut se répercuter directement sur leur travail. 

La transmission des germes

Selon le NHS (le système de la santé publique du Royaume-Uni), le mode de transmission des maladies le plus commun se fait par agents pathogènes, dont 80% sont transmis par les mains.2 Le colibacille (E. coli) peut vivre sur la surface de la peau jusqu’à 16 mois et le Staphylocoque doré (S. Aureus) peut vivre jusqu’à 7 mois.3 Ces bactéries peuvent vivre n’importe où, dont les plaies et blessures. Les lésions sont un endroit idéal pour le développement des germes, et en facilitent la transmission entre le soignant et le patient.   

L’inconfort d’une peau abimée 

Les mains sèches, craquelées ou rugueuses sont particulièrement sensibles aux agents présents dans les solutions hydro-alcooliques. Cependant, ces solutions sont moins agressives pour la peau que le nettoyage traditionnel à l’eau et au savon, car elles retiennent les lipides présents dans la peau et apportent des émollients vitaux à la peau.3 Malgré les bénéfices des solutions hydro-alcooliques, de nombreux utilisateurs préfèrent nettoyer leurs mains avec du savon et de l’eau, pour éviter toute réactions douloureuses avec l’alcool. Une réaction de la peau à l’antiseptique est un signe que la peau est déjà endommagée. Il est recommandé que les professionnels de santé expérimentant ces désagréments doivent quand même continuer d’utiliser les solutions hydro alcooliques, tout en les combinant à des lotions hydratantes. 

Réactions allergiques

Dans certains cas extrêmes, une dermatite de contact peut se développer suite à l’utilisation intensive des produits d’hygiène des mains. La dermatite de contact (par irritation ou allergique) se manifeste par de l’urticaire, des démangeaisons ou des brûlures cutanées sur les mains exposées régulièrement au savon, à des solvants et aux nettoyants.4 Même si cette allergie est facilement soignable, il est difficile pour le soignant de travailler dans de telles conditions. 



Références
1 OMS, "Les 5 indications à l’hygiène des mains", disponible sur www.who.int
2 NHS, Repport on Standard Infection Control Precautions, disponible (en anglais) sur: www.nhsprofessionals.nhs.uk
3 Medline University, eCourse "Hand Hygiene Program: Basic Principles", disponible (en anglais) sur: www.medlineuniversity.com
4 National Center for Biotechnology Information, "Occupational irritant and allergic contact dermatitis among healthcare workers", disponible (en anglais) sur: www.ncbi.nlm.nih.gov

Comment améliorer l’état de mains?

Les mains sont les outils les plus précieux des professionnels de santé, c’est pourquoi en prendre le plus grand soin est vital. La prévention de ces problèmes cutanés est donc à prendre en considération. 

Informer les professionnels de santé

L’information est un élément clé de la prévention. L’hygiène des mains et la protection de la peau sont des priorités universelles et sont autant importantes du côté du patient que du soignant. Rappeler les bonnes pratiques au personnel soignant dès lors qu’un nettoyage des mains s’impose peut faire la différence. Il est vital que l’équipe reconnaisse les premiers signes de sécheresse des mains et sache gérer ce type de situation. 

Prévention

En dehors des heures de travail, il est recommandé aux cliniciens d’éviter le contact avec tout détergent. Une exposition répétée aux tensioactifs altère l’état de la peau et la sensibilise. Les tensioactifs sont présents dans les produits de lessive, les détergents, mais aussi les gels douche et shampoings.1

Nourrir et hydrater la peau

Prendre soin de sa peau est important pour la santé générale. Même si la peau est composée majoritairement d’eau, elle doit être constamment hydratée et nourrie. Une façon de répondre aux exigences quotidiennes de l'hygiène des mains est l'utilisation régulière de lotions ou d'autres produits nourrissants pour les mains. Les professionnels de santé doivent s'hydrater avant et après chaque soin, après les pauses et aussi souvent que possible en dehors du travail.

La plupart des hôpitaux déconseillent l'utilisation de lotions ou de produits hydratants contenant de la vaseline et des huiles minérales. En effet ces éléments agissent comme un couvercle en scellant l’humidité sans laisser la peau respirer. Un bon produit hydratant est donc celui qui va hydrater tout en laissant respirer la peau. Il est donc préférable de choisir des lotions contenant des ingrédients comme les huiles naturelles et des silicones, plus précisément la diméthicone.1 L’hydratation de la peau doit être continue pour que les résultats soient probants. 



Références
1 Medline University, eCourse "Continuing Education for Healthcare Assistants including CNA’s, Home Health Aids and Health Care Techs", disponible (en anglais) sur: www.medlineuniversity.com


Nos produits de prévention

En prenant soins des patients, les mains des soignants sont mises à rude épreuve. La nécessité d'utiliser des gants créée un cycle d’hydratation et de sécheresse constant qui peut conduire à une peau sèche et irritée. Medline a développé deux gants pour apaiser la peau et prévenir la douleur et l’inconfort des mains sèches et fissurées. 

Gants d’examen nitrile Restore

Les gants d'examen en nitrile Restore se composent d’une couche d'avoine colloïdale entre la peau et le gant, ce qui aide à maintenir l'hydratation de la peau pour prévenir les problèmes de peau sèche et soulager les irritations et démangeaisons mineures dues aux éruptions cutanées ou à l'eczéma. L'avoine colloïdal est obtenu en travaillant l’avoine jusqu’à avoir une poudre très fine. Cet élément rend la peau plus douce et lisse et agit dès l’enfilage du gant, cependant l’usage doit être répété pour de meilleurs résultats. Les gants d'examen en nitrile Restore ont été conçus pour protéger les mains des soignants, et ce pour plus de bien-être.  

En savoir plus sur les gants Restore

Gants Restore

Gants d’examen Manchettes allongées Aloetouch®

L'irritation de la peau est un obstacle important au respect des règles d'hygiène des mains et les soignants sont plus susceptibles de suivre les directives d'hygiène des mains s’ils ne souffrent pas de problèmes cutanés. 
Les gants d’examen Manchettes allongées Aloetouch® de Medline ont un revêtement intérieur contenant du gel d'aloe vera pur, un émollient naturel qui aide à apaiser la peau. Lorsque les gants sont portés, l’aloé vera calme et hydrate la peau instantanément. Les manchettes allongées offrent une protection supplémentaire pour les avant-bras lors de procédures à haut risque. Ce gant est texturé pour une préhension sécurisée et a été testé pour une utilisation avec des composants de chimiothérapie. Ce matériau résistant protège également contre les bactéries et les agents de blanchiment, les nettoyants, les sérologies et les savons. Les gants Aloetouch® permettent une hydratation des mains dès que le soignant les porte. 

En savoir plus sur les gants Aloetouch

Gants AloeTouch

Les gants mentionnés sur cette page sont des dispositifs médicaux de classe I non stériles, destinés à être utilisés par des professionnels de santé. Avant utilisation, consultez les instructions et les précautions indiquées sur l'étiquette correspondante. Pris en charge par l'assurance maladie.
CE legal medline

Copyright © 2018 Medline Industries, Inc. All rights reserved.